Ma Corse, Mes Voyages & Mes Images

Passion d'une Terre, passion d'un Peuple, passion des belles images

04 décembre 2016

L'ACA évite le piège

Il y avait hier soir au stade de la Libération une ambiance bien particulière, propre à la Coupe de France de football, cette ambiance si bien décrite dans le film "Les seigneurs" dans lequel le petit rêve de manger le grand... et finit par le faire! Voilà, pour nous supporters corses qui nous rappelait deux mauvais souvenirs : avec Bastia à Saint-Quentin et plus récemment avec le Gazelec à Arras... Arrivés au stade en escortant le bus, nous avons été accueillis par des Portelois heureux de nous voir là. Nous étions trois Jean-Philippe, Robin et moi dans la voiture immatriculée 2A. Nous discutions avec eux, tous bénévoles, tous amateurs mais tous amoureux du sport. Idem au buffet où nous croisions le père d'un certain.. Franck Ribéry. Ambiance festive, ambiance "Les Seigneurs"... Nous étions à Boulogne sur Mer, au stade la Libération, point culminant de la ville (ou presque), à quelques centaines de mètres de la mer avec une température de l'ordre de 0°C et un vent piquant, la météo semblait être le premier adversaire des Ajacciens qu'il semblèrent apprivoiser avec un échauffement approprié. Le match commençait devant un stade bien rempli et tout acquis à la cause des "jaunes et bleus" et c'était bien normal. Tout aussi normalement, l'ACA prit le match en main mais Le Portel faisait preuve de sérieux et de concentration sur chacune des actions Ajacciennes. A la demie-heure, l'arrière central nordiste arrêtait (involontairement en glissant) le ballon de la main dans la surface de réparation et l'arbitre ne pouvait que siffler le pénalty. En l'absence de Johan Cavalli, remplaçant, c'est Ryad Nouri qui le tirait mais le gardien de nos hôtes le stoppait : du délire dans le stade et un peu d'inquiétude chez les trois supporters Ajacciens que nous étions.Mais quelques minutes plus tard, Ryad réparait son pénalty raté en inscrivant le but de la rencontre. A la mi-temps, nous profitions du généreux buffet... et du chauffage de la salle de réception. En seconde période, nous avons continué à trembler de ce froid mais aussi du risque d'une égalisation et étions heureux d'atteindre la 90ème minute avec ce petit but d''avance, synonyme de qualification. Les "petits" avaient joué comme des "grands" pour nous offrir un match dans lequel on ne sentit pas les divisions qui séparaient Le Portel de l'ACA. Personne n'était déçu et quand je retrouvais Christophe Vincent à la sortie des vestiaires, il me confirma à la fois sa satisfaction et la difficulté d'avoir joué ce match sous cette température. Je fus aussi témoin de ce beau moment quand Fabien Dagneaux, le coach du Portel vint saluer et s'entretenir quelques instant avec Olivier Pantaloni, de quoi faire une belle photo qui sera transmise aux deux valeureux entraineurs...

aca_1

Le stade de la Libération de Boulogne accueille la rencontre

aca_1b

L'entrée de joueurs Portelois

aca_3

La poignée de main entre Acéistes et Portelois

aca_2

Jamais sans la bandera

aca_4

Deux actions Porteloise dangereuses sur coup franc

aca_5

Et ils peuvent être fiers de l'être !

aca_6

Deux entraineurs satisfaits

Posté par fotograf62 à 21:00 - Sports - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire